Keine Straße ist lang – mit einem Freund an der Seite.

Deutschfrancaisitaliano

Blog: Troupe 2 en excursion à Hiroshima

1er Août. Nous fêtons aujourd’hui la fête nationale. En ce qui nous concerne, nous, les participants du Jamboree ; nous allons fêter autre chose, et c’est pour cette raison que nous devons partir à 6 heures du matin. Après 2 heures de route, nous y arrivons enfin. Nous arrivons enfin à Hiroshima.

Nous avons vu plusieurs choses, plus intéressantes les unes que les autres. Nous avons commencé par aller voir une statue. On nous à expliquer que la statue était en l’honneur de Sadako, jeune fille qui avait survécu à la bombe atomique. Elle avait 2 ans lorsque la ville a été touchée. Elle a ensuite vécu sans aucun problème de santé. Lorsque Sadako avait 12 ans, les médecins ont découvert qu’elle avait une leucémie. Pendant le temps durant lequel elle suivait son traitement médical à l’hôpital, Sadako a fait environ mille grues en papier, car au Japon, les croyances sont telles que si l’on fait milles grues en papier, on peut faire un veux, et celui-ci s’exécutera. Malheureusement, Sadako est décédée. Ses parents décidèrent de construire une statue en l’honneur de leur fille.

 

Nous avons aussi pu voir les grues en papiers faites par les visiteurs. C’était très impressionnant, et surtout très émouvant, car il y avait de toutes les couleurs et de toutes les tailles. Certaines formaient même des tableaux représentant la colombe blanche d’Hiroshima. Durant notre visite, nous avons aussi vu le dôme, ainsi que plusieurs statues en l’honneur de la tragédie de la ville, et sur certaines, il y avait des grues en papier.

 

Ensuite, nous avons mangé notre pique-nique avant d’aller à la cérémonie du deuil marquant les 70 ans de la tragédie. Pendant la cérémonie, nous avons pu écouter des témoignages des survivants, ainsi que des poèmes des personnes perdant des frères, des sœurs ou des parents. J’ai trouvé cela extrêmement émouvants, car j’avais l’impression de ressentir la douleur du deuil.

Comme notre visite n’était pas finie, nous sommes allés visiter le musée. Nous avons pu voir des objets retrouvé, des photos des survivants ainsi qu’une maquette représentant Hiroshima ainsi que les dégâts causé par la bombe, qui était tombé au-dessus de l’hôpital. Cela m’a beaucoup marqué, car j’ai découvert l’horreur de la réalité de la guerre.

Pour finir, j’aimerai ajouter que ni la couleur de notre peau, ni nos croyances, ni notre provenance nous différencient, car nous sommes avant tout des êtres humains, et c’est grâce aux scout que j’ai compris qu’il n’y avait entre nous aucune différence, telle qu’elle soit.

Thalia, troupe 2